ORADOUR 10 JUIN 1944

8,50 €

Le 10 juin 1944, une colonne de la division Das Reich mitraille dans les granges les hommes d'Oradour, brûle dans l'église femmes et enfants : 642 morts, un village calciné, aux ruines comme une cicatrice suppurante, et des questions jamais résolues sur la violence de guerre, la barbarie, le poids de la mémoire. Sarah Farmer a repris l'ensemble du dossier, rencontrant les derniers témoins et survivants du massacre, retraçant les itinéraires des victimes, exhumant les archives. Elle brosse ainsi le récit d'un épisode proprement " inoubliable " qui, jusqu'à aujourd'hui, résiste à toute tentative de réparation. Elle évoque le procès de 1953, à Bordeaux, intenté contre les quatorze " malgré-nous " de la colonne Das Reich. Dans cette étude approfondie et originale, Sarah Farmer met en évidence autant le besoin de mémoire que la nécessité d'une approche historienne, seul moyen d'échapper peut-être à la tyrannie du ressentiment.

Produit victime de son succès
Livraison :

Ajouter à ma liste d'envies

Vous devez être connecté à votre compte client
  Frais de port offerts pour les particuliers à partir de 40€ d'achat

en France métropolitaine

  Paiement sécurisé

CB / VISA / MASTERCARD / PAYPAL

  Service client

Ouvert 5j/7 de 9h30 à 17h30
02 31 06 06 53

Le 10 juin 1944, une colonne de la division Das Reich mitraille dans les granges les hommes d'Oradour, brûle dans l'église femmes et enfants : 642 morts, un village calciné, aux ruines comme une cicatrice suppurante, et des questions jamais résolues sur la violence de guerre, la barbarie, le poids de la mémoire. Sarah Farmer a repris l'ensemble du dossier, rencontrant les derniers témoins et survivants du massacre, retraçant les itinéraires des victimes, exhumant les archives. Elle brosse ainsi le récit d'un épisode proprement " inoubliable " qui, jusqu'à aujourd'hui, résiste à toute tentative de réparation. Elle évoque le procès de 1953, à Bordeaux, intenté contre les quatorze " malgré-nous " de la colonne Das Reich. Dans cette étude approfondie et originale, Sarah Farmer met en évidence autant le besoin de mémoire que la nécessité d'une approche historienne, seul moyen d'échapper peut-être à la tyrannie du ressentiment.