• Produit victime de son succès

LES VAINCUS VIOLENCES ET GUERRES CIVILES SUR LES DECOMBRES DES EMPIRES, 1917-1

25,00 €
Pour les habitants de l’Europe occidentale, les années qui ont suivi la Première Guerre mondiale furent des années de deuil, mais aussi de paix et de prospérité retrouvée. Mais pour peu que l’on déplace le regard à l’est du continent, c’est un tout autre paysage qui se dévoile. Sur les terres des empires vaincus, jusqu’en 1923, ce furent des années de cauchemar sans fin. Robert Gerwarth reconsidère l’héritage de la Grande Guerre. Pour une large part, ce n’est pas l’hécatombe des tranchées qui s’est révélée la plus dangereuse pour l’avenir de l’Europe, mais ce qui s’est joué dans les années qui ont suivi : révolutions, pogroms, expulsions de masse, guerres civiles et crimes d’une dimension génocidaire. Des millions de civils y trouvèrent la mort. Partout, des peuples pleins de ressentiment, avides de revanche, attendaient leur heure pour se venger d’ennemis réels et imaginaires. La violence extrême qui a déferlé sur l’Europe de l’après-Première Guerre mondiale a pavé la voie des conflits génocidaires qui ont suivi : c’est la thèse centrale de ce livre novateur.
Produit victime de son succès
Livraison :

Ajouter à ma liste d'envies

Vous devez être connecté à votre compte client
  Frais de port offerts pour les particuliers à partir de 40€ d'achat

en France métropolitaine

  Paiement sécurisé

CB / VISA / MASTERCARD / PAYPAL

  Service client

Ouvert 5j/7 de 9h30 à 17h30
02 31 06 06 53

Pour les habitants de l’Europe occidentale, les années qui ont suivi la Première Guerre mondiale furent des années de deuil, mais aussi de paix et de prospérité retrouvée. Mais pour peu que l’on déplace le regard à l’est du continent, c’est un tout autre paysage qui se dévoile. Sur les terres des empires vaincus, jusqu’en 1923, ce furent des années de cauchemar sans fin. Robert Gerwarth reconsidère l’héritage de la Grande Guerre. Pour une large part, ce n’est pas l’hécatombe des tranchées qui s’est révélée la plus dangereuse pour l’avenir de l’Europe, mais ce qui s’est joué dans les années qui ont suivi : révolutions, pogroms, expulsions de masse, guerres civiles et crimes d’une dimension génocidaire. Des millions de civils y trouvèrent la mort. Partout, des peuples pleins de ressentiment, avides de revanche, attendaient leur heure pour se venger d’ennemis réels et imaginaires. La violence extrême qui a déferlé sur l’Europe de l’après-Première Guerre mondiale a pavé la voie des conflits génocidaires qui ont suivi : c’est la thèse centrale de ce livre novateur.