SORTIS DE L'ENFER - 100 ANS DE TANK

32,00 €

Si au début du XXe siècle les milieux militaires rejettent en bloc l'idée d'un véhicule blindé armé, la Première Guerre mondiale permettra toutefois aux visionnaires de s'imposer. En août 1914, l'armée belge est la première à déployer avec succès des auto-blindées, mais c'est aux Britanniques que revient le droit de revendiquer la paternité du tank. Personne ne peut effectivement contester que les engins chenillés, qui s'élancent pour la première fois au combat en septembre 1916, sont le fruit de l'ingénierie anglaise. Les Français les imitent quelques mois plus tard, après avoir perdu trop de temps dans des projets abracadabrants. L'Allemagne, misant plus sur les améliorations des tactiques d'infanterie, mettra trop longtemps à se rendre compte que le char est devenu, avec l'avion et le sous-marin, l'une des trois composantes de la guerre moderne.

Pour raconter l'histoire des premiers tanks, chars et autres Sturmpanzer, l'auteur a choisi d'explorer trois points de vue : l'aspect mifitaro-industriel, l'aventure humaine et le contexte d'emploi opérationnel. Les essais et erreurs des belligérants y sont explorés dans une étude soutenue par une iconographie inédite et exceptionnelle.

Produit victime de son succès
Livraison :

Ajouter à ma liste d'envies

Vous devez être connecté à votre compte client
  Frais de port offerts pour les particuliers à partir de 40€ d'achat

en France métropolitaine

  Paiement sécurisé

CB / VISA / MASTERCARD / PAYPAL

  Service client

Ouvert 5j/7 de 9h30 à 17h30
02 31 06 06 53

Si au début du XXe siècle les milieux militaires rejettent en bloc l'idée d'un véhicule blindé armé, la Première Guerre mondiale permettra toutefois aux visionnaires de s'imposer. En août 1914, l'armée belge est la première à déployer avec succès des auto-blindées, mais c'est aux Britanniques que revient le droit de revendiquer la paternité du tank. Personne ne peut effectivement contester que les engins chenillés, qui s'élancent pour la première fois au combat en septembre 1916, sont le fruit de l'ingénierie anglaise. Les Français les imitent quelques mois plus tard, après avoir perdu trop de temps dans des projets abracadabrants. L'Allemagne, misant plus sur les améliorations des tactiques d'infanterie, mettra trop longtemps à se rendre compte que le char est devenu, avec l'avion et le sous-marin, l'une des trois composantes de la guerre moderne.

Pour raconter l'histoire des premiers tanks, chars et autres Sturmpanzer, l'auteur a choisi d'explorer trois points de vue : l'aspect mifitaro-industriel, l'aventure humaine et le contexte d'emploi opérationnel. Les essais et erreurs des belligérants y sont explorés dans une étude soutenue par une iconographie inédite et exceptionnelle.